dimanche 4 janvier 2015

Le guide du voyageur débutant

En cours de coréen la prof nous a donné une super idée : et si on listait toutes les petites choses qui nous choquent (en bien comme en mal) nous les petits français ? Alors bien sûr l'exercice tenait plus de l'entraînement que d'un véritable formatage culturel, mais voyant la liste fort longue et non exhaustive, je me suis dit qu'il serait bien de la noter ici :

- cracher dans la rue n'est pas impoli (racler sa gorge de manière bruyante non plus)
- les ajumas (petites grands-mères locales) n'hésiteront pas à vous poussez voir vous mordre pour obtenir une place dans le métro
- les bambins de 3 ans ont déjà des permanentes ou les cheveux colorés
- là bas TOUT est mignon : les panneaux de signalisations, les pubs pour magasins, les coques de portables, les sacs à dos, les tasses de café dans les coffee shop, les post-its ... Il n'y a guère que les articles de randonnée qui n'ont pas été atteint (et encore que ...) !
- les gens vous marchent sur les pieds ou vous bouscules dans la rue. Bienvenu dans la définition restreinte du respect vis-à-vis des personnes n'appartenant pas au cercle des connaissances : à quoi bon respecter quelqu'un que l'on ne connait pas ? Logique.
- les magasins sont ouvert 24h/24, donc si vous êtes en panne de sel ou de kimpab, GS25 ou Family Mart vous sauverons la vie :)
- les petits vieux seront toujours physiquement plus fort que vous. Avec des installations type parcours vita à tout les coins de rue, à la retraite ils n'ont guère que l'entretien de leur élasticité à conserver. Et toi à côté tu te sens minable quand tu grimpes une colline et te retrouves déjà essoufflé ...
- le smartphone est au coréen ce que l'oxygène à l'être humain :) Trouver son chemin, une recette de kimbap, le restau branché du coin, faire ses devoirs, chatter sur Kakao Talk (pendant coréen du MSN) ... Mister Gadget dans la poche ! Fibre patriotique oblige, c'est à 95% du temps un Samsung.
- pas d'aides sociales pour les étudiants là-bas, c'est un crédit étudiant à 30 000€ dès le départ ou pas de fac. Dur :(
- ils connaissent pas le concept d'animal de compagnie (comme diraient certaines mauvaises langues : ils les mangent !) ! Donc j'ai du croiser à tout péter 4 chiens (tous de petites tailles) et les gros molosses m'arrivaient au genoux. Et la seule fois où je suis rentrée chez un particulier ils avaient ... un oiseau.
-

vendredi 6 janvier 2012

Corée, je t'aime

Bonne année à tous ! 새해 복 많이 받으세요 ! Alors bien sûr je ne vous souhaite que le meilleur du meilleur : joie, santé, argent, amour, sexe, réussite, prospérité ... Corée :D ! Me voilà depuis deux petites semaines de retour dans l'Hexagone et certaines choses me choquent encore. Le pain, tout le monde qui parlent français, la propension de mes concitoyens à se plaindre de tout, la végétation provençale, les paquets de mouchoir qui s'ouvre par le haut (et non par le côté comme on a l'habitude en Asie !), manger de la salade ...


L'une de mes premières images en Corée : la sortie de la gare de Séoul. Beaucoup d'émotions d'un seul coup : la moiteur de la mousson, la masse écrasante des immeubles, la foule ...

Ce fût un déchirement de partir. Sincèrement. Bien sûr que les amis y sont pour beaucoup. Mais le pays en lui même me manque. C'est toujours mieux ailleurs comme le dirait la sagesse populaire (ceci dit je ne crache pas sur la cuisine de maman ... faut pas croire, le kimchi a fait des dégâts >.<), mais je ne désire qu'une chose à partir d'aujourd'hui : revenir.


Revenir pour ces croyances que l'on ne croise pas par chez nous, des divinités loin de la conception notre Dieu judéo-chrétien qui amusent le touriste, mais toujours respectés par les locaux. Ainsi les grand-pères de pierre de l'île de Jeju, ces monstres de la montagne Palgonsan, les Bouddhas de bronze du temple Bulguksa peuvent veiller pendant encore pas mal de temps.


Revenir car les coréens sont des gens charmants. Chaque occidental ayant visité la Corée se souviendra de la diligence des coréens, toujours prêt à servir, à dépanner, même quand on n'en a pas besoin ! Un trait qui tranche avec leur aspect impoli (se faire écraser les pieds ou bousculer dans la rue n'est pas rare, et allez vous faire brosser pour obtenir des excuses !), mais que voulez-vous ... c'est encore du Confucius !



Revenir pour la beauté du pays. Les temples à l'écart comme le coeur des villes ne m'ont jamais autant fait vibrer. J'y suis certainement plus sensible car c'est si différent de ce que j'ai pu voir depuis mon enfance. Mais quand vous voyez de vos propres yeux ce que vous ne cessez de voir depuis des années, c'est non seulement beau, cela fait écho dans le coeur.



Revenir parce que quand même, la nourriture ... ça roxe !!! Entre le bulgogi (photo), le samgyeopsal, le jjim dark (du poulet avec une sauce soja épaisse et un peu épicée ... à tomber !), le kimpap national, le doksu, je me suis souvent éclatée la panse ... en perdant du poids :D ! Oui mesdames, -7kg ! Le secret ? Du riz, matin, midi et soir. Avec une bonne dose de piment. Vous verrez, ça passe comme une lettre à la poste ;)

J'espère que la roue tournera assez vite pour me faire revenir.

mercredi 21 décembre 2011

Ça pue la fin.

Des gens qui se serrent dans les bras. Mon coeur qui pèse 3 tonnes. Des amis qui décollent jour après jour. Oui, c'est définitivement la fin. Je reviendrais certainement ici rajouter quelques articles, car la Corée on n'a jamais fini d'en parler (va ptêtre même falloir mettre le tout d'actualité avec la mort de Kim Jong-il). Voilà, juste pour dire que je prend l'avion vendredi. Daegu, c'est fini ...

dimanche 11 décembre 2011

Haeinsa Temple

Haeinsa, c'est le must-to-see n°2 sur ma liste après Jeju. Et bien je l'ai fait ! Des copines sont descendues de Séoul spécialement pour ça, et je les ai chopés au vol.

Donc les Drôles de Dames de gauche à droite : Eileen, moi et Laetitia. Depuis 1995 le trésor que renferme le temple est classé au patrimoine mondial de l'UNESCO. D'où ce gros cailloux avec un beau dessin dessus juste à l'entrée.



Je vous ai déjà parlé du fameux Tripitaka Koreana y'a quelques articles de ça. Et bien je l'ai vu de mes yeux vu. Oui, encore une flèche dans le coeur.




Sinon on a bien pelés et on a mangé des marrons. Tout crédit photographique revient à Laetitia, meilleure photographe que moué.

lundi 5 décembre 2011

Vrac 3

La rivière 청계천 Cheonggyeocheon -je sais, vu comme ça c'est un peu long à prononcer, mais c'est surtout un joli coin de verdure au milieu de la ville de Séoul et du quartier des boutiques du quartier de Dongdaemun. Donc 8 km de flotte meugnon comme tout.



Dans un des parcs mémorials de la ville de Daegu, on peut y trouver cette cloche. Juste pour prouver qu'on peut se souvenir ce que disent les guides audios : en Europe le battant de nos cloches sont à l'intérieur (ce à quoi se raccroche Quasimodo quand il fait sonner Notre-Dame !), alors qu'en Asie ce sont des béliers de bois qui font chanter le bronze.

Ce que vous voyez au fond, ce ne sont pas des collines mais des tombes. A Gyeongju, on enterrais les rois de Shilla sous des tumulus de terre.

Célibataires aigris, passez votre chemin ! Les autres, vous pouvez grimper sur la N Seoul Tower accrocher votre cadenas avec votre amoureux pour vous souhaiter tout l'amour du monde. Les barrières en sont pleins, y'a même des espèces de sapins fait que de cadenas. Puis-je y accrocher le mien un jour peut être ...

Disponible dans la station Seoul Station (ligne 1 - Séoul) ou Jungangno (ligne 1 - Daegu), ces petits gâteaux sont un délice. En fait c'est juste de la pâte cuite juste assez pour en laisser le coeur fondant. Moi qui bouffe toujours la pâte du gâteau avant de le mettre au four .. au fait, ça s’appelle Delimanjoo !

Boudha au temple Dongwhasa.

jeudi 24 novembre 2011

La Corée c'est bizaaaarre ... ou seulement différent !

A 20 000km de Paris, il y a de fortes chances que ce sur quoi on tombe soit un peu différent de ce à quoi on est habitué. Que ce soit nourriture, architecture, culture ou autre -ure, on est souvent tenté de dire "C'est bizarre !" mais non mon enfant, c'est seulement différent !

Oui oui, ceci est un verre. Pratique, mais pas pour 2 utilisations.

Laissez moi vous prouver le niveau des coréens en langues étrangères avec ce tee-shirt qui n'est qu'un exemple parmi une foison d'autre. On croise souvent ces tee-shirt à message pseudo-philosophique qui même en français correct ne veulent pas dire grand chose. Les traductions approximatives sont légions, mais ce qui compte n'est pas le sens, mais que ça sonne "comme" le français. Ceci dit, essayer de parler coréen/japonais/chinois sans faute de syntaxe, et vous comprendrez le mal de chiens qu'on les petits coréens à ingurgiter l'anglais ou toute autre langue du vieux continent :)

Non, ne me demandez pas pourquoi les coréens vendent ça, je n'en sais pas plus que vous ...

Ah, les marchés coréens ! La foire d'Empoigne, les effluves en plus :) Ici les poulpes sèchent le bide à l'air, des poissons nagent dans des bassins à côté de crustacés tous plus moches les uns que les autres, les ajumas attendent toutes patiemment qu'on viennent acheter un de leur produit ou ajustent au millimètre près leur étals. Ce qui m'a interloqué c'est le fait que ce soit un marché, mais qu'on n'y trouve pas la même chose que dans notre douce France. Où sont les oeufs, les laitues, les poulets rôtis, le camion du charcutier, le miel local et le vendeur de breloques ?

En France, nos conservateurs sont des vieux judéo-chrétiens qui ont oubliés que les règles sont faites pour évoluer avec le temps qui passe. En Corée, on a les même version confucianiste : chacun sa place et personne ne bouge. D'où cette ligne de démarcation entre les dortoirs des filles et des garçons, qui a elle seule fait chuter le taux de natalité du pays déjà bien bas.

Corée du Sud, royaume de l'électronique made in Samsung et LG. Croyez-moi, la marque Apple est détesté au point qu'elle doit utiliser des subterfuges tels que changer le nom de ses magasins (a#shop ou Frisbee à ce que j'ai pu voir). On ne compte plus les opérations tordues de la Corée pour saper les activités commerciales d'Apple et mettre en avant les produits de chez Samsung et LG. Concurrence pure et parfaite disent-ils.

Pas de tremblement de terre ici. Mais ne sait-on jamais : partout il y a des torches pour y voir clair, au cas où. Elle n'est jamais très loin des extincteurs et des filins de rappel (ça donnerai presque envie d'être en situation d'urgence, juste pour faire quelques étages en rappel).

Fraîche ma salade, fraîîîîîche !

Pour finir, voici l'opération marketing la plus parfaite qu'il soit, puisque tout le monde croit que Paris Baguette est français. Je répète : "Paris Baguette" est COREEN. Et la nourriture à l'intérieur aussi ! Vous avez déjà vu des pizzas à la brioche ou des croissants au sucre vous ?

mardi 22 novembre 2011

Jeju - 제주

Jeju, c'est un peu l'île de Ré coréen : c'est cher, c'est loin, mais c'est bien. En première année de fac, j'ai du rédiger avec une camarade un rapport sur le tourisme sur l'île de Jeju. Je m'en suis mis plein les mirettes avec le cratère Seongburi ou le volcan Hallasan, et voulais depuis désespérément m'y rendre. Puis j'ai enfin eu ma chance d'y aller, les facteurs argent et temps étant enfin réunis ! Il suffisait de 3 copains, un peu d'organisation, et c'est partit mon kiki !

L'île étant le point le plus méridional de la péninsule (~40min par avion depuis Busan), on a été agréablement surpris de pouvoir survivre sans pull/manteau (à Daegu mission impossible). Dès le premier soir je tombe nez à nez sur mon premier "grand-père de pierre", dit dol hareubang (돌 하르방). Cette divinité made in Jeju est un petit être protecteur que l'on peut croiser un peu partout. Impossible d'y échapper, c'est un des emblèmes de l'île avec les hanyeos (pêcheuses en apnée) et le mont Hallasan !

Lendemain matin, plein de fougue et de volonté, notre petit groupe s'apprête à grimper le
mont Halla - 한라산. Cette volcan éteint est la plus grande montagne de Corée du Sud du haut de ses 1 950m. Comme jusque là le temps avait été clément et doux, on s'attendais à une grimpette tranquille ...

Oui, ceci est la montagne Hallasan.

Vous l'avez dit, les boules ! Visibilité 0% ! Donc bon, dépité on reprend un taxi dans l'autre sens pour revenir au terminal de bus et rejoindre la deuxième ville de l'île, Seogwipo. Alors le système de bus sur l'île est super pratique car il y a une dizaine de lignes qui sillonnent la région (Jeju fait quand même 1 848km² !), avec une moisson d'arrêts et des passages toutes les 10-20min. Arrivée là-bas, travail quotidien : trouver un hôtel, se poser, et aussitôt repartir à l'assaut ! A Seogwipo on est tombé amoureux de la cascade Jeongbang - 정방, la seule cascade d'Asie à se jeter dans la mer.

Dans la foulée, nous sommes allées voir le rocher Oedolgae - 외돌개 dans un parc tout mignon près de la mer. Pour le coucher de soleil romantique, on passera notre chemin à cause des nuages. Mais peut importe, le charme des lieux suffit à lui même.


Ah, et puis comment ne pas parler de Jeju sans sa spécialité locale : le cochon noir ! Je vous avais déjà parlé du barbecue coréen qui consiste à de la viande cuite sur grill et que l'on accommode avec différente marinades. Le cochon noir de l'île de Jeju se déguste de la même manière, en enveloppant des petits morceaux dans des feuilles (d'arbres, je pencherait pour tilleul) et/ou de salade, oignon, ail, et un peu de sauce de piment. Et bien croyez moi, c'est juste du BONHEUR. La viande de cochon noir est beaucoup plus tendre et savoureuse que son homologue rose !

Et cela faisait la deuxième fois qu'on en mangeait. On s'est fait une orgie de barbecue durant le séjour !

Le dernier jour, nous sommes passés du style "tempête de ciel bleu" sur Seogwipo à "le ciel a décidé de bouder" à Pyeoson, village sur la côte sud-est. J'ai voulu emmener les copains voir un village traditionnel ... Et bien écoutez, dans un voyage y'a toujours des ratés et je pense bien que s'était celui là xD ! J'avais un autre village traditionnel en tête, avec guide audio, expo et tout le tralala. Là, le taxi nous a mené à 10min du bourg dans un village traditionnel certes, mais alors paumé dans la campagne, triste et morne sous le ciel gris, pas un chat et un vent glacial pour nous rappeler qu'on est pas les bienvenu.

C'est de toute beauuuté ... ou pas.

Mais je pense bien avoir gardé le meilleur pour la fin. Le cratère Seongsan. Là encore il faisait froid et le vent soufflait, mais le voir en vrai, après avoir passé des années à la croiser dans des brochures ou les sites internet, c'est con mais cela donne du sens à ce pourquoi j'étudie le coréen. Tout comme mes premiers jours à Séoul, être en face de ce quoi j'étudie me montre enfin que ce que je fais n'est pas pour rien : c'est tangible, réel. Et rend le voyage encore plus savoureux :)

Et en plus il y avait des dadas. Que demande le peuple :) ?!

Pendant que nos amies japonaises étaient au musée de l'ours en peluche, je pars avec le lituanien de la bande voir le rocher Yeongduam - 용두암. C'est juste une formation de magma qui est censé ressembler à une tête de dragon. Moi je me souviendrais juste du vent qui rendait les photos floues, des chinoises qui me voulaient absolument avec elles sur les photos, et des hanyeos - 해녀, pêcheuses en apnée qui disparaissent le temps passant, les plus jeunes dépassant déjà les 50 ans.


A la base l'île est LA destination pour les lunes de miel. Donc beaucoup d'amoureux sur les plages, des coeurs dans les champs de fleurs, mais moi c'est de l'île dont je suis tombée amoureuse. Je pense bien que de tout mon séjour en Corée du Sud, c'est mon plus beau voyage :) Ah, et n'oubliez pas d'en goûter les oranges, elles y sont excellentes !